mardi, septembre 19, 2006

Episode V : La fin du début

La fin est proche. Chaque ligne de ce texte nous approche d’un irrémédiable dénouement. Revenons donc sur les dernières semaines.

Peu d’excursions fantastiques et d’exploits sportifs à relater. Mis à part un week-end du 15 août dans la petite bourgade de Baptiste qui prit davantage des allures de championnat de belote de comptoir du café des sports de Brioud-en-Cantal que de randonnée épique ; nos amis ne se permirent plus vraiment de sortie audacieuse. Leur professionnalisme les contraint en effet à se dévouer corps et âme à leur mission première, leur stage de fin d’étude.

Loin d’oublier cependant les objectifs secondaires de leur séjour en Haïti, nos compagnons profitèrent de ces six dernières semaines à Port-au-Prince pour faire la fête et se délecter des charmes haïtiens. C’est ainsi que nos potaches adorés furent amenés à vivre l’expérience mystique ultime : RAM.

Il est difficile d’exprimer ce que peut être le RAM. Sous les allures d’un groupe de world music, se cache un instrument mystique puissant, une porte d’entrée dimensionnelle vers le monde des loas et la magie vaudou. Plus qu’un groupe, le RAM est un concept, l’harmonie vibratoire qui unit les éléments du vivant et conjugue en une parfaite symbiose l’ensemble des ses unités spirituelles.
Bref, le RAM est un groupe de rock vaudou, savant mélange de musique traditionnelle haïtienne et d’instruments modernes, saupoudré de funk, de jazz, d’afrobeat, de high life africain… Un mélange détonnant à vous défriser la barbe du plus blasé des soixante huitards parisiens.
Mais le RAM c’est aussi un cadre somptueux. Le groupe se produit en effet tous les jeudis à l’hôtel Olofson. L’établissement est une vieille Ginger Bread (maison typique en bois) un peu déglinguée. L’hôtel est plein de références artistiques vaudous et les chambres portent le nom de ses illustres visiteurs : Mick Jagger, Graham Green, Jean-Claude Vandamme… Sous la patine du temps et les craquements du bois tordu, l'Olofson livre son charme pittoresque...

Six semaines durant, nos compagnons assisteront avec religiosité et fascination à cette communion mystico-musicale. Fabiàn deviendra même, le temps d’une ode à Erzuli, le « 13ème RAM ». Appelé à monter sur scène par le flegmatique Richard Morse, leader historique du groupe, Fabiàn prend le micro et entonne le chant d’incantation récemment appris. La foule l’accompagne et porte vers les cieux l’appel mystique. « pa manjé anana, pa fumé cigarettes, pa manjé cocoyé, komen lajan fe’m manké ?»… Fabiàn se tourne vers Richard Morse qui lui exprime son approbation d’un lever de pouce nonchalant.

La magie a opéré, la foule est enchantée ; Erzuli répand parmi eux ses bienfaits et l’expérience mystique se prolonge jusqu’à la transe à grand renfort de Prestige, winner of the world beer cup 2002. Prises de convulsions, des jeunes femmes tombent sur le sol, les yeux révulsés, l’écume à la bouche. Les danseurs se precipitent et gesticulent au dessus des corps désarticulés. Entrez dans la transe ! Voyez comme on danse ! Ici pas besoin de psychotropes hallucinogènes, vous êtes aux portes de la perception. Rock and roots will never die...

C’est à peine remis de leur délirante soirée que nos jeunes vodouisants en herbe reprennent le travail, la tête encore embrumée par la folie de la veille. Les jours s’égrènent et l’échéance du départ se rapproche à grand pas… Les concerts de RAM viennent rythmer cette vie port-au-princienne qui ne manque pas de charme. Ernesto vient saboter le seul week-end à Furcy que nos amis avaient prévu.

Le GRET Haïti redouble d’activité. Les préservatifs pleuvent dans les quartiers populaires. Le quartier de Trou Sable organise sa finale, sponsorisée par la lutte contre le SIDA. Cela donne à nos amis l’occasion, de passer un après-midi mémorable sur le terrain de football du quartier. La partie est extrêmement disputée, aucune des deux équipes ne parvient à mettre le ballon au fond des buts minuscules. Les tirs aux buts approchent. L’équipe orange triomphe et la foule envahit le terrain. C’est la cohue, on s’engueule un peu dans tous les coins, à la mode haïtienne…

Arrive la dernière semaine, dénouement du stage de nos deux compères puisqu’ils doivent présenter les conclusions de leur étude à toute l’équipe GRET et CAMEP. Le débat est sulfureux, mais heureusement, la collation vient à point pour détendre l’atmosphère. On trinque tous au proche départ de nos compagnons, certainement appelés à revenir car comme le dit Ledu « Haïti est un pays que l’on ne quitte jamais vraiment ». L’émotion est à son comble lorsque Mirlande, officieusement élue miss GRET par ses collègues masculins, remet des cadeaux d’adieux à nos champions. Ces cadeaux totalement intransportables (range cd d’un mètre de haut) viennent compléter la cargaison d’artisanat haïtien que nos amis ont acquis la veille. Estimant la charge sentimentale de ces objets bien supérieure à leur masse physique pour le moins conséquente ; nos amis prennent la décision de défier les restrictions d’air France. Avec méticulosité, ils passeront des heures à optimiser leur empaquetage.

Nous voici donc rendus à l’heure des adieux. Epreuve difficilement soutenable, nous prendrons ici le parti de la pudeur. Rassurez-vous lecteurs, en sachant qu’ils furent dignement fêtés. Le groupe Shainam (ou quelque chose du style) viendra en personne animer la kay de passage au rythme des percussions racine. L’espace d’un soir, la maison des VP devient un sanctuaire vaudou où résonnent cornets et tambours. La lumière vacillante des chandelles projette les ombres tremblantes des danseurs envoûtés... Le virus d’Haïti reprend de la vigueur…

La fête se prolongera le lendemain de cette soirée mémorable. La dernière soirée de nos amis en Haïti tombe un jeudi soir… Et jeudi soir, comme vous l’aurez tous compris : c’est RAM ! Les « fanatiques RAM » ne manqueront pas cette dernière occasion de faire la chenille derrière Richard Morse. Mais soudain, c’est le drame : Julien et Mathieu sont victimes d’une panne de voiture et ne peuvent se rendre à la fête. Heureusement, ce n’est pas le cas de tout le monde. Malgré l’absence de ses collègues, Fabiàn passe une soirée plus qu’agréable et en tout aussi bonne compagnie. La fête se poursuit jusqu’au bout de la nuit et c’est avec des yeux engourdis de sommeil que nos amis voient poindre leur dernier jour en Haïti.

La précipitation du départ et le manque de lucidité ne leur laissent pas le temps de tergiverser. Après avoir fait les derniers adieux, Ledu les conduit à l’aéroport Toussaint Louverture où ils doivent prendre l’avionnette qui les conduit à Saint-Domingue. Avec une émotion certaine, ils voient les toits de Port-au-Prince rapetisser…

Une nuit réparatrice à l’hôtel Beaterio remet nos amis d’aplomb. Avant de prendre le vol de retour le soir, ils visitent la très belle zone coloniale de Saint-Domingue. Ils se délectent de retrouver un patrimoine culturel conservé et s’en mettent plein les mirettes. Julien en profite d’ailleurs pour attraper ses derniers coups de soleil… Le soir arrive, taxi pour l’aéroport, Julien y égare son téléphone… On passe la douane, Julien doit vider sa trousse de toilette…

Voilà cher lecteur. Nul besoin d’en compter plus. Nul besoin de se perdre en d’inutiles paroles. Sache pardonner l’incompétence du narrateur pseudo-omniscient, car bien malin qui prétendra connaître ce qu’ils sauront garder d’Haïti. Un range CD artisanal? Une horloge en feuille de bananier ? Vingt kilos de ferraille ? Du rhum Barbancourt ? Une seule chose dont nous soyons sûrs : anpil zanmi et des tonnes de rire en tranche ! Alors, ayons confiance en la prophétie de Ledu et gageons que ces aventures que vous avez suivies avec passion ne sont que le premier épisode d’une longue série…

Une page de leur vie se tourne. Le genre de page qu’on marque d’un petit post-it…

To be continued…

9 Comments:

Anonymous Anonyme said...

Et si vous saviez ce qui s'est passé à la dernière soirée RAM !!! Mes zanmis !!! Enfin pas de tripotay sur ce blog...
Allez, bon séjour en France et ailleurs!
claire

11:05 AM  
Anonymous Caroline said...

Vous nous manquez aussi, pfff un blog de moi où piquer des photos!
So long...

Caroline.

12:10 PM  
Anonymous Caroline said...

Vous nous manquez aussi, pfff un blog de moins où piquer des photos!
So long...

Caroline (avec correction des fautes de frappe cette fois)

12:11 PM  
Anonymous Anonyme said...

ce que je cherchais, merci

1:15 PM  
Anonymous Anonyme said...

i truthfully adore your own posting taste, very helpful.
don't give up and keep creating mainly because it just simply nicely to look through it.
impatient to looked over alot more of your articles, thankx ;)

3:47 AM  
Anonymous Anonyme said...

Thanks for sharing this link, but argg it seems to be offline... Does anybody have a mirror or another source? Please reply to my message if you do!

I would appreciate if someone here at www.blogger.com could post it.

Thanks,
William

3:03 PM  
Anonymous Anonyme said...

Hello guys,

Would you like to watch Spy Kids 4: All the Time in the World full movie online? It is not released yet but you can watch it online already!

Click here to [url=http://watch-spykids4allthetimeintheworld-online.com/]watch Spy Kids 4: All the Time in the World[/url]

6:50 PM  
Anonymous Anonyme said...

Hi guys,

Would you like to watch Final Destination 5? It is not released yet but you can watch it already!

Click here to [url=http://watchfinaldestination5-online.com/]watch Final Destination 5 online free[/url]

5:50 AM  
Anonymous Anonyme said...

Hello. Facebook takes a [url=http://www.onlineroulette.gd]casino online[/url] game on 888 casino apportion: Facebook is expanding its efforts to oneself understood speed up real-money gaming to millions of British users after announcing a seize with with the online gambling companions 888 Holdings.And Bye.

7:45 PM  

Enregistrer un commentaire

<< Home